Programme de féminisation de la pratique d'une AP

Depuis sa création, Trans-Forme développe un certain nombre d'initiatives en faveur de la pratique par les femmes transplantées ou dialysées d'une activité physique et sportive, et ce, dans un contexte où la mutation corporelle occasionnée par des prises médicamenteuses lourdes entraînent un changement non neutre du rapport au corps, à l'image de soi et au regard sur soi.
Les femmes naviguent entre la fatigue, les douleurs, les angoisses, la crainte de l'échec de la greffe, les incertitudes sur l'avenir personnel et familial, l'image de soi mise à mal par la prise de poids ou les cicatrices... voire la libido, les troubles sexuels et la grande complexité de la maternité.

Certains médicaments antirejet (immunosuppresseurs) peuvent provoquer des changements physiques susceptibles de s'atténuer dans le temps avec l'administration du traitement en plus faible quantité :

- Pilosité : des poils peuvent pousser sur le visage, les bras et les jambes
- Perte de cheveux
- Hypertrophie des gencives
- Prise de poids, gonflement du visage (corticoïdes).
- Diminution de la masse musculaire et fragilisation des os.
- Problèmes dermatologiques : acné, aphtes, ...
- Tremblements, hypertension artérielle, ...

Quant à l'insuffisance rénale chronique et la dialyse, ce sont des ruptures dans l'équilibre de la vie des femmes. La femme dialysée a le sentiment que son corps l'a trahi, ses repères affectifs, matériels, physiques, sont bouleversés. Pourtant, aidée par sa famille, ses amis et une équipe médicale étendue (néphrologue, gynécologue, psychologue...), elle peut être une femme comme les autres. Et bénéficier d'une vraie qualité de vie ! Les médicaments ne résolvent pas à eux seuls ces difficultés. Les vraies solutions passent par le dialogue mais aussi dans le cadre d'une consultation spécialisée pour traiter au mieux ces différents facteurs anatomiques, physiologiques, biologiques, médicaux mais aussi psychologiques et relationnels.

La pratique d'une Activité Physique étant dans son essence une « exhibition » du corps, ces éléments ne plaident pas pour une approche du sport par les femmes qui soit décomplexée, évidente et naturelle.

Pour motiver les femmes transplantées ou dialysées à cette pratique un certain nombre d'outils ont été conçus et diffusés par Trans-Forme qui vont d'ailleurs bien au-delà de l'unique pratique d'une activité physique.

Une équipe de football mixte : La "Transplant Football Team" (équipe des Transplantés et Dialysés de Trans-Forme) est née de la passion de quelques greffé(e)s et dialysé(e)s pour le football.
Elle a la particularité d'être mixte tant sur le point de vue du genre (joueuses et coach féminines) et de la nature de la greffe ou de la dialyse. Les joueurs/joueuses continuent à se retrouver, sous contrôle médical, pour des matchs amicaux tout au long de l'année pour promouvoir le don d'organes et montrer à tous qu'il est toujours possible de pratiquer une activité physique après une greffe !

Retrouvez ci-joint le positionnement de Trans-Forme vis-à-vis de la féminisation de la pratique d'une activité physique.

Des publications dédiées

Trans-Forme réalise de nombreux outils de communication. Parmi ces outils, se trouvent des publications internes ou externes, CDs, films, etc.

  • Poster "Femmes transplantées, à vous de jouer !"
  • Fiche pratique "Femme et transplantation"
  • Fiche pratique "Vous êtes greffé(e) et vous rencontrez des troubles sexuels"
  • Mémo "Femmes et dialyse"
  • Reportage "la Vie, la Reconquête", réalisé lors des Jeux Mondiaux des Transplantés 2017

La gouvernance de l'association

Le Conseil d'Administration de Trans-Forme compte 2 élues femmes parmi 7 élus et 3 salariées sur 4 de l'association en CDI sont des femmes.
Trans-Forme s'est toujours préoccupé, sous différentes formes, de ses adhérentes féminines.

La politique de féminisation du sport

Le Ministère en charge des sports mène une politique volontariste pour développer la pratique féminine, notamment dans les quartiers sensibles, valoriser le sport féminin dans les médias et favoriser l'accès des femmes aux postes à responsabilités dans les institutions sportives.
Le Ministère des Sports entend réaffirmer une politique volontariste en faveur du développement du sport féminin – dans l'accès au sport sur tout le territoire français -, d'un égal traitement des femmes et des hommes dans le sport de haut niveau, dans les médias mais aussi dans l'accès aux fonctions d'encadrement technique et dirigeant des fédérations sportives. Les chiffres sont éloquents. En France, les femmes ont 2 fois moins accès que les hommes à la pratique sportive dans certains territoires. Le taux de licenciées féminines dans certaines fédérations sportives très populaires est de seulement 4%. Et seules 20% des femmes qui font du sport le font dans un club. Retrouvez les chiffres clés ici

Partageons nos « Elles » pour le sport

Le 18 mars 2014, les présidents des 69 fédérations sportives qui avaient déposées un plan de féminisation avant le 1er février 2014, ont été invités à la journée « Partageons nos « Elles » pour le sport » impulsée par le MSEPJVA et coordonnée par la Fédération Française de Football, en partenariat avec l'association Fémix'sport.
Cette journée avait pour but de partager les bonnes pratiques relatives au plan de féminisation, ainsi que de mutualiser et de créer des synergies entre les fédérations.
Une réflexion sur les freins et les leviers de la féminisation du sport a mis en avant le rôle des fédérations dans des actions de communication, de formation ou d'animation de réseau.
Quatre ateliers de travail ont permis d'échanger sur les pratiques innovantes et les mutualisations à développer sur les thèmes :
Impliquer ses organes déconcentrés dans un plan de féminisation fédéral.
Faciliter l'accès des femmes aux postes à responsabilité : tutorer, réserver, promouvoir ?
Rendre et/ou adapter sa discipline sportive pour répondre aux attentes du public féminin.
Valoriser sans stigmatiser.
Trans-Forme était présent.

Quelques portraits de femmes transplantées participant aux évènements de l'association :

Karine Celhay, 45 ans, greffée de la moelle osseuse en 2005 et des poumons en 2008, vit à Bordeaux

Karine "En 2010, j'ai participé pour la première fois aux Jeux Nationaux des Transplantés aux Sables d'Olonne. Un défi lancé par mon ami Jonathan, greffé du cœur et des poumons alors que nous étions tous les deux en attente de greffe.
 C'était au départ, un moyen de se retrouver et de passer un week-end ensemble. Mais ces jeux furent bien plus : un week-end de partage, de moments forts, et de sport et de belles rencontres.

 Après ces jeux, j'ai continué à faire du sport... et à participer aux manifestations de Trans-Forme : Trélazé en 2012 pour les Jeux Nationaux, Durban et les Jeux Mondiaux en 2013, La Course du Cœur, Biarritz en 2014 pour les Jeux Nationaux de nouveau. Les prochains sur la liste en 2015 : La Course du cœur, les Jeux Nationaux de Montargis et les Jeux Mondiaux d'Argentine !

Aucun niveau n'est requis : des compétiteurs experts aux débutants, tout le monde peut participer. Le but est de vivre un bon moment.
En même temps, nous communiquons sur l'importance du don d'organes, nous donnons de l'espoir aux personnes qui attendent une greffe, nous rendons hommage aux donneurs, nous montrons les capacités d'un greffé à faire du sport, et nous participons à ce magnifique combat pour la VIE ! "

 

 

 

 

 

 

 

Nos soutiens et affiliations

MarianneSports Q  abm

 



Tout savoir sur...

logo afidtnl’AFIDTN

Tout a commencé en 1980, voici 38 ans, lorsqu'un groupe d'Infirmières, membres de l'EDTNA (European Dialysis & Transplant Nurses Association) 
En savoir plus...